Sang Blable

Panneau d'affichage de la guilde Les Sang Blables, guilde Amaknéenne (Rp) sous l'égide de Djaul, disponible au Qg en [2,-19]
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Recrutement  Fiches  
Oagfd
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Mots à la suite
par Tahroy Sam 8 Oct - 0:16

» Aujourd'hui j'ai...
par Tahroy Sam 3 Sep - 23:16

» Mon voisin du dessus
par Tahroy Lun 29 Aoû - 17:12

» La chasse à la pépite de Nayma'
par Mynae Jeu 3 Oct - 19:13

» Passage d'une ombre
par Nayma Mer 2 Oct - 22:03

» [Mini-jeu] Le survivant
par Tahroy Dim 29 Sep - 14:07

» Les demandes de points
par Tahroy Jeu 26 Sep - 19:58

» [Donjon Dramak] Amakna a besoin de nous !
par Brobrok Mar 24 Sep - 19:22

Sujets importants
Recrutement

Les entretiens

Les missions

Les demandes de points

La hiérarchie de la guilde

Devenir recruteur

Périodes d'essai

Nouveautés

Partagez | 
 

 Sacrigolo, peau et âme noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mizere
KEUPIN !


Messages : 434
Date d'inscription : 04/01/2012

MessageSujet: Sacrigolo, peau et âme noirs   Jeu 27 Sep - 11:59

Mon histoire commence certainement en un mois de descendre. Alors que certains préparent, à la surface du monde, quelques belles guirlandes pour festoyer bien gaiement, sous les trois grandes villes les gens continuent leur vies routinières faites de meurtres, d'alcool, de violence et d'autres horreurs dont je ne parlerais même pas. Ma famille, si je puis les appeler ainsi, étaient de ces derniers. Mon géniteur, certainement saoul comme à son habitude, ayant de grands yeux blanc, une peaux plus noirs que le fondement de Rushu et une envie égale à celle d'un minotor en rut attrapa une jeune Pandawa proche de sa majorité et l'entraina dans un coin encore plus sombre que là où il avait commencer à la dévêtir. Il lui vola une chose qu'elle ne pourrait plus jamais récupérer et me força à aller me loger au plus profond de son corps avant même que je n'existe. Quelques lunes pleine plus tard elle mit bas. Lui, n'était là que pour la violenter physiquement et moralement, ce qui changerait, vers mes 5 ans. Passé un certain cap, la frapper et l'obligé à lui offrir son corps ne lui suffisait plus, pour passer sa frustration de n'être qu'un déchet, il commençât à se défouler sur moi. Cette situation dura quelques années.

Il y a quelques jours, pris d'un excès de rage et d'alcool, encore plus violent que d'habitude mon ascendant dégaina sa lame. J'avais encaissé sans rien dire jusqu'ici, j'avais même appris à contrôler et à aimer la douleur qu'il m'infligeait. Mais de là a accepter de mourir sans me battre, jamais. C'est avec une adresse, que je ne soupçonnait pas, que je plaçât un coup encore plus violent que les siens en pleins dans sa gorge avant qu'il ne m'assène un fatal coup d'épée. Il bascula en arrière en entrainant dans sa chute la nappe de la cuisine sur la quelles les gamèles, de ceux qui pourraient être considérés comme étant mes parents, étaient encore pleines. Il respirait difficilement, mais respirait encore. Je lui arracha son arme, encore dans sa main pour lui transpercer le coeur. Il partit sans trop de douleurs. Je partis en courant.

Arrivé à la surface, dans ma fuite je bouscula un disciple de Sram arborant des ailes en bois. Ou plutôt je lui rentra dedans et il me fit valser d'un coup réflexe. Essoufflé je bafouilla :
-Pa ... Pardon, je ... Viens de ... Je viens de ... tout en bas.
-Bah .... Vous courrez où comme ça ?
-Heu ... Pour ... quoi nous ?
-Bah ... T'es deux. Ou alors c'est parce que j'ai trop bu. Bof. Peut importe, t'as l'air sympa et ... J'vais pas te vomir dessus, je gère !
-Alors ... Je ...
Je n'avait pas finis ma phrase qu'il me tira jusqu'à la taverne pour me payer une chope. Une fois notre seconde commande arrivée sur la table je commençât à lui raconter ce qui c'était passer quelques heures au paravant. Il en conclut que j'étais vraiment dans le besoin et il me donna quelques conseil pour survivre en dehors des égouts. Après encore une quarantaine de chopes, d'après ce que m'as raconté la serveuse, je m'écroula sur la table et le Sram partit.

Le lendemain, avec un mal de crâne presque jouissif et en reboutonnant mon pantalon, j'avançât en titubant vers une brune qui étalait de la gelée rouge sur du bon pain au blé complet. Elle sourit et me demanda comment fut la nuit. Jusqu'à l'heure je n'ai aucun souvenir, mais j'avais en effet de drôles de traces rouge au niveau du cou. Une fois les tartines mangées, je sortis m'aérer. En me promenant à Astrub je revu l'homme, ou plutôt le squelette qui m'avait amené à la taverne. Il avait l'air plus frais que moi. Je voulais lui criait quelque chose mais aucun son ne sortit de ma bouche. Je voulu lui courir après mais j'avait déjà du mal à marcher. Je le suivis quelques secondes de loin avant de le perdre pour de bon. Je décida donc d'errer encore un peu en ayant le faux espoir de le recroiser.

Après des heures d'errances je retourna a la taverne. En entrant je vis une affiche que je lu. Sur celle-ci était présent un sceau où figurait une tête de lenal. À la suite de ma petite lecture j'emprunta une plume de l'encre et un parchemin au tavernier et commençât à écrire. Je courut ensuite déposer la lettre dans une maison non loins des statues de Crâ et de Sadida. En sortant je vis le disciple de Sram qui me lançât un " 'lut ! ". Il ne m'avait apparemment pas reconnut.

_________________
Vas te faire voir chez les Steamers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sacrigolo, peau et âme noirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elfes noirs 2000pts
» [Warhammer] Elfes noirs
» [GI] Les noirs de Lucifer
» Peindre les eldars noirs...
» Mes Eldars Noirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sang Blable :: Premier étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: