Sang Blable

Panneau d'affichage de la guilde Les Sang Blables, guilde Amaknéenne (Rp) sous l'égide de Djaul, disponible au Qg en [2,-19]
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Recrutement  Fiches  
Oagfd
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Mots à la suite
par Tahroy Sam 8 Oct - 0:16

» Aujourd'hui j'ai...
par Tahroy Sam 3 Sep - 23:16

» Mon voisin du dessus
par Tahroy Lun 29 Aoû - 17:12

» La chasse à la pépite de Nayma'
par Mynae Jeu 3 Oct - 19:13

» Passage d'une ombre
par Nayma Mer 2 Oct - 22:03

» [Mini-jeu] Le survivant
par Tahroy Dim 29 Sep - 14:07

» Les demandes de points
par Tahroy Jeu 26 Sep - 19:58

» [Donjon Dramak] Amakna a besoin de nous !
par Brobrok Mar 24 Sep - 19:22

Sujets importants
Recrutement

Les entretiens

Les missions

Les demandes de points

La hiérarchie de la guilde

Devenir recruteur

Périodes d'essai

Nouveautés

Partagez | 
 

 Air-Kraft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AirKraft
gdqsgbsqf
avatar

Messages : 365
Date d'inscription : 31/01/2013
Age : 18
Localisation : Astrub, au QG

Fiche de présentation
Cercle:
167/200  (167/200)
Classe: Crà

MessageSujet: Air-Kraft   Sam 2 Fév - 19:54

Je suis né en 618 à Bonta, dans le quartier des tailleurs.
Mon père, Enrocc était un apprenti tailleur de Paro Cabanne,
la plus grande tailleuse de la cité.
Ma mère, elle, était paysanne, et elle travaillait dans les champs de Bonta. Mes deux parents gagnaient peu d’argent mais cela suffisait à nous nourrir, ma sœur Taïna et moi.
J’étais très proche de ma famille, et surtout de mon père.
Deux à trois fois par mois et à partir de mes 6 ans, il m’emmenait jusqu’au lac de Cania pour une journée entière d’entrainement au combat.
C’était un endroit calme et reposant, parfait pour être seuls.
L’entraînement était parfois rude et difficile, mais mon père disait qu‘il était nécessaire de savoir bien se battre pour se défendre. Il prenait tout de même soin de moi, il faisait très attention à ne pas me blesser.
Ce n’était pas pour moi une corvée d’aller là bas avec mon père. Au contraire, c’était pour moi l’occasion pour moi de voir les grandes landes de Cania, qui me fascinaient.
Je passais de très bonnes journées avec mon père, il jouait beaucoup avec moi et je m’amusais beaucoup.
Cependant, mon père partait presque tous les ans dans des contrées lointaines tout seul.
C’était la seule période où on ne le voyait pas, et il partait loin et très longtemps. A chacun de ces voyages, ma mère était malheureuse, restait dans la crainte et l’angoisse qu’il lui arrive quelque chose. Elle avait très peur qu’il arrive quelque chose à ses enfants, sans personne pour les protéger. Nous l’entendions se lamenter des heures durant, quand elle travaillait. Cela dit, à chaque retour de ses périples, mon père revenait les bras chargés de merveilles et de cadeaux pour ma sœur et moi.
Mes parents allaient tous deux au marché de Bonta durant la semaine après son retour pour vendre des quantités affolantes de produits exotiques, et gagner un peu plus d’argent.
Cela a duré jusqu’à mes 15 ans, jusqu’au jour où mon père n’est pas revenu de son voyage des landes de Sidimote. Nous ne savons pas ce qui était arrivé, mais il ne nous aurait surement pas abandonnés.

Pour subvenir aux besoins de ma famille, j’ai du remplacer mon père à l’atelier tailleur de Bonta. Je voulais être sûr que ma mère et ma sœur vivent le mieux possible. J’étais fier de suivre les traces de mon père, et je progressais rapidement. J’étais sûr de vivre de cette manière jusqu’à ma mort, et cela me convenait parfaitement. Seulement, quelques mois après la disparition de mon père, ma mère mourut à son tour, dans le désespoir et la solitude
Je suis rapidement devenu l’associé de Paro Cabanne, à 17 ans.
Je suis devenu très doué dans le métier de tailleur, et j’adorais bricoler de petits objets.
C’est suite à cette passion que j’ai rejoint la bijouterie à Bonta, où j’ai très vite progressé.
Je me suis amélioré à une vitesse affolante, bien plus vite que dans le métier de tailleur.
Je suis ensuite devenu un des plus jeunes mages artisans de Bonta.
J’ai atteint à 19 ans l’excellence dans la joaillomagie.
Des centaines de clients ne demandaient que moi, l’atelier bijoutier faisait un bénéfice considérable.
C’est à ce moment là que j’ai décidé de quitter l’atelier, pour gagner tout seul ma vie

[Suite à venir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farmeur.chinois-crédits/fr/arnaque/onsefoutcompletementde
 
Air-Kraft
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'épouse, j'adopte, je tue
» Retirer du feutre sur du carton...
» Avis Outillage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sang Blable :: Premier étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: