Sang Blable

Panneau d'affichage de la guilde Les Sang Blables, guilde Amaknéenne (Rp) sous l'égide de Djaul, disponible au Qg en [2,-19]
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Recrutement  Fiches  
Oagfd
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Mots à la suite
par Tahroy Sam 8 Oct - 0:16

» Aujourd'hui j'ai...
par Tahroy Sam 3 Sep - 23:16

» Mon voisin du dessus
par Tahroy Lun 29 Aoû - 17:12

» La chasse à la pépite de Nayma'
par Mynae Jeu 3 Oct - 19:13

» Passage d'une ombre
par Nayma Mer 2 Oct - 22:03

» [Mini-jeu] Le survivant
par Tahroy Dim 29 Sep - 14:07

» Les demandes de points
par Tahroy Jeu 26 Sep - 19:58

» [Donjon Dramak] Amakna a besoin de nous !
par Brobrok Mar 24 Sep - 19:22

Sujets importants
Recrutement

Les entretiens

Les missions

Les demandes de points

La hiérarchie de la guilde

Devenir recruteur

Périodes d'essai

Nouveautés

Partagez | 
 

 Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangdefo
Invité


Messages : 10
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 1399
Localisation : Quelque part, au milieu de nul part

Fiche de présentation
Cercle:
167/200  (167/200)
Classe: Sacrieur

MessageSujet: Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)   Mer 6 Juin - 17:19

Prologue




Le 31 Janvian 618. Cette
date n'est pas très significative. Oh si ! Peut-être vous
souvenez-vous du grand froid qui a touché Amakna ! Et bien il s'agit
de la date de la fin de celui-ci ! Mon père m'avait raconté, que le
blé était tellement gelé que quand on le moulait, cela cassait les
machines peu solides ! Le 31 Janvian 618 est aussi la date de la
mort de mon oncle, grand guerrier Sacrieur Brakmarien. Un homme
détestable à souhait m'avait dit ma mère. Mais le 31 Janvian 618
est surtout le jour de ma naissance. Je naquit au Sud de Bonta, dans
une zone reculée près du village Brigandins. Mes parents étaient
de braves paysans. Ils ne gagnaient qu'une maigre somme de kamas et
vivaient au jour le jour, en fonction de leur récolte. Il m'ont
appris très vite à manier la faux et plus je grandissait, plus je
les aidais à récolter des céréales. En 625, estimant que j'étais
assez grand pour apprendre la boulangerie, mon père m'emmena chez un
boulanger qu'il connaissait très bien à Bonta. Celui-ci m'apprit
les rudiments de la boulangerie. Les jours passaient je devenais de
plus en plus compétent, jusqu'au jour où un tofu voyageur arriva
devant la boulangerie. Mon maître boulanger s'approcha du petit
tofu, visiblement squelettique et lu le message. J'étais en train de
faire du pain au blé complet quand il m’appela. Je vis son visage.
Il avait perdu son sourire habituel. Il me lu brièvement le
message : « Parents morts au combat ». Je mis cinq
minutes à comprendre ce qu'il se passait. Ce message provenait bel
et bien du Sud de Bonta. Mes parents était bel et bien morts, tués
par un assassin Sram Brakmarien. Aveuglé par le désir de vengeance,
je quittas la boulangerie Bontarienne laissant tout mon apprentissage
derrière moi. Mon maître ne pu me retenir, j'étais trop déterminé
à trouver et à tuer ce Sram. Je pris alors mon courage à deux
mains et je sortis de Bonta sans armes, sans Kamas, sans rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangdefo
Invité


Messages : 10
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 1399
Localisation : Quelque part, au milieu de nul part

Fiche de présentation
Cercle:
167/200  (167/200)
Classe: Sacrieur

MessageSujet: Re: Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)   Ven 8 Juin - 17:28

Chapitre I


La première destination qui me venait à l'esprit était la maison familiale. Je me suis alors mis en route vers celle-ci. J'eus la chance de ne pas tomber sur un brigandin ou un roublard sur ma route. Je n'avais aucun moyen de me défendre.
Je marchas un jour et je m'arrêta devant un tas de ruine, de pierres et de planches de frêne maculées de sang. Mon sang. Le sang de ma famille. Il s'agissait en effet des restes de ma maison. D'un passé brisé en quelques jours.
En voyant les décombres, le désir de vengeance était de plus en plus présent. La haine et la rage envers cet assassin Sram dévorait mon esprit. Je partis alors en direction d'Astrub, ville des mercenaires. Je pensais avoir plus de chance de retrouver la trace du tueur en flânant dans les hôtels de vente de la ville mercenaire et dans la très connue taverne. Je me suis d'ailleurs lié d'amitié avec Tek Abir, le fameux Barman qui vent ses sublimes bières d'Astrub pour une modique somme de 4 kamas. Celui-ci m'a vaguement parlé d'un certain Ogivol Scalarcin, brigand Sram assez réputé. Mais celui-ci ne m'a pas dis où il était, de peur d'être tué. C'est à ce moment là que j'ai pris conscience que j'étais totalement démuni. Il est vrai que la détermination est un atout très utile lorsque l'on veut tuer quelqu'un, mais il faut aussi une maîtrise des armes, d'un ou des éléments. Je demanda donc à ce cher Tek Abir de m'instruire sur l'art du combat. Ce pauvre bougre m'a répondu qu'il n'y connaissais rien et qu'il ne faisais que vendre des bières, mais il m'a tout de même conseiller d'aller à Pandala où des disciples sont formés au combat. Il m'a aussi conseillé d'aller au temple Sacrieur, où, selon lui, tous les Sacrieurs y sont formés au combat.
Je pris donc la route menant vers Pandala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangdefo
Invité


Messages : 10
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 1399
Localisation : Quelque part, au milieu de nul part

Fiche de présentation
Cercle:
167/200  (167/200)
Classe: Sacrieur

MessageSujet: Re: Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)   Dim 10 Juin - 9:04

[HrP] Je m'excuse pour le prologue qui est un peu mal présenté, j'ai eu un petit bug. [HrP]

Chapitre II

Le pont de Pandala était immense et impressionnant. Une multitude de petits moskitos volaient autour de celui-ci et la chaleur était étouffante. Quelques roses démoniaques et tournesols sauvages tournaient continuellement autour du gardien du pont. Je commença à traverser quand celui-ci m'arrêta d'un épouvantable rot. Il m'expliqua qu'il fallait vaincre quelques créatures pour pouvoir passer le pont. En regardant ces petites créatures, je ne vis que des êtres totalement inoffensifs. Je pris alors mon courage à deux mains et je sauta sur un moskito. Celui-ci me piqua tellement fort que je partis en courant sans réfléchir. Je devais apprendre à combattre et je ne pouvais donc pas aller à Pandala. Une seule possibilité s'offrait à moi : aller au temple sacrieur. Je pris alors le chemin vers celui-ci. M'étant perdu, je demanda à un passant la route pour aller au temple. Il m'expliqua qu'il fallait passer par les dangereuses montagnes des craqueleurs. Bien décidé à y aller, je marcha jusqu'à ces montagnes. Arrivé en hauteur, je vis d'immenses masses de pierres qui bougeaient lentement et des petits êtres bleus chevauchant des montures squelettiques. Des chevaucheurs de Karne apparement. Je m'avança un peu et je fis tomber un nid perché sur un rocher pointu. Et le drame se produit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sangdefo, le sacrieur sans défaut (ou presque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Maîtres donnant parfois la pierre de combat sans défaut
» Collec' d'une geekette sans couette
» Service crafting
» Une rumeur, un murmure sans nom...
» [Obligatoire (enfin presque :p)] vos nouvelles têtes!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sang Blable :: Premier étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: